Rien de beau ne peut naître en des esprits esclaves. Jean-François de La Harpe

L’esclavage moderne dans nos mœurs:

Depuis notre plus tendre enfance, nous vivons avec des croyances distribuées de génération en génération, le doux parfum du conditionnement à l’esclavage moderne.

Que ce soit notre famille, nos amis, la presse, la politique et même le système éducatif, tous nous apprennent que notre vie n’a pour but que de bien travailler et faire de son mieux pour atteindre des objectifs de réussite professionnelle et/ou sociale.

Avoir un diplôme valorisant, un poste hiérarchiquement important, un bon salaire, voilà ce que l’on nous décrit comme le bonheur. Atteindre un niveau de vie idéal pour ne manquer de rien.

Quelle est la finalité de ce bonheur? Entrer, après plus ou moins de labeur dans nos études, dans le magnifique marché du travail (hourra!!!!).

Nous faisons donc ce que nous avons appris à faire, ce que nous devons faire, et même souvent ce que l’on nous demande de faire, sans nous rendre compte que nous subissons une nouvelle forme d’esclavage moderne, puisque cette situation empêche toute notion de prise de décision sur une véritable évolution de notre vie.

Nous ne sommes alors que de vulgaires moutons dociles pouvant aisément nous faire contrôler et abuser par nos bergers… représentés par toute personne ayant autorité et pouvoir de décision, vos patrons, politiques, banques et assurances en tête.

L’esclavage moderne dans ma vie:

J’ai moi même expérimenté cette “vie”. Je suis entré dans le monde de l’automobile par pur hasard, par contrat Intérim, en tant que câbleur de faisceau électrique dans une société prestataire de grandes marques de l’industrie automobile. J’avais à l’époque uniquement un BAC STI Électrotechnique en poche, après avoir passé deux BEP… Preuve de mon indécision quant à mon avenir, et mon désintérêt pour le système éducatif actuel…

mouton

Après quatre mois d’Intérim, on me proposa un CDI, avec une promesse d’évoluer au bureau d’étude si j’en montrais les capacités… Une aubaine!!! S’ensuivirent une véritable motivation et un investissement dans mon travail, j’avais ENFIN une raison de me montrer enthousiaste

Me voilà propulsé alors en quelques années seulement de câbleur intérimaire à Dessinateur Etude, Projeteur Etude, Chef d’équipe CAO pour finir Chef de Projet… Un statut enviable de cadre hiérarchiquement équivalent à un poste d’ingénieur… Mon dernier poste… et surtout la fin de mon esclavage moderne!

J’aurais pourtant dû être heureux, un bon poste, un bon salaire, une compagne amoureuse, de bons amis et un appartement en cours d’achat… Une grande partie de ce qui définit la vie IDÉALE selon les codes de la société actuelle. J’ai même succombé à la tentation de la consommation à outrance, achetant tout ce dont je pensais avoir besoin ou envie, les derniers outils technologiques, etc… Au point même que mes collègues de l’époque surnommèrent mes achats de passions à usage unique”.

Je n’ai compris que trop tard que ces achats n’avaient pour but que de combler un vide et un manque cruel de temps libre normalement destiné à sa véritable VIE personnelle. Je me retrouvais, sans même m’en rendre compte, esclave de mes possessions et de ce que je pensais vouloir.

Malgré tout cela, il me manquait pourtant une chose capitale pour mon bonheur, la véritable LIBERTÉ.

La liberté retrouvée:

J’avais quand même beaucoup appris grâce à ces expériences… La motivation, la curiosité et l’audace permettait d’accéder au but recherché, quels que soient l’âge, la condition ou les capacités de départ. Tout comme le fait qu’il n’y a pas de situation bloquée qui vous empêche, si ce n’est une illusion de la sécurité, de vous former, d’ouvrir des livres, d’arpenter le net. Autrement dit, de vous lancer dans des projets qui vous correspondent vraiment.

Alors, osez changer de vie (N’y voyez là aucune référence…). Osez apprendre, auto-formez vous, demandez-vous ce qui compte vraiment et la personne que vous voudriez avoir été quand tout se finira.

Brisez les chaînes qui vous lient à votre vie actuelle, l’esclavage n’a jamais apporté de bonheur aux esclaves.

Je vous invite à réagir sur cet article dans les commentaires ci-dessous! A vos plumes!